Souillac – Rocamadour

20 décembre 2020

Rocamadour faisait partie de notre première idée de séjour après la rentrée de septembre, puis un de ceux que nous avons virtuellement faits pendant le confinement.

Nous souhaitions tant visiter tous les sites alentours, nous promener, randonner, pédaler que nous avons décidé d’attendre d’avoir suffisamment de congés pour profter et prendre le temps de nous imprégner de ce Lot si beau et riche sur le papier!

Nous avons pris Poppy, nos vélos et sommes partis à vide.

Nous avions réservé un emplacement sur l’aire Camping-car Park de Souillac, à 15 kilomètres de Rocamadour.

Et c’est à partir de là que nous n’avons plus trop maîtrisé grand-chose.

Le Séjour

Souillac, pluie et plus de Poppy

Souillac devait n’être que notre étape pour le gîte et le couvert, elle aura été finalement plus que ça. Nous devions y arriver en milieu d’après-midi et filer à Rocamadour, et c’est en début de soirée, de nuit et après une ruine en autoroute, prise pour éviter de nous retrouver sur la route après le couvre-feu, que nous y sommes arrivés.

La pluie et le vent nous ont accueillis.

Souillac et son aire sont si tranquilles que lorsque nous avons quitté la couette, midi avait déjà sonné le lendemain.

Pendant que nous rangions et nous préparions pour aller à Rocamadour, nous avions laissé Poppy sortir, en laisse, la poignée attachée au siège passager, pour qu’elle poursuivre sa familiarisation avec l’extérieur.

Nous n’avions pas vu qu’encore trop craintive, elle a déroulé la laisse et s’est réfugiée dans le bloc moteur, et a décidé qu’elle s’y sentait en sécurité.

Il nous a fallu une bonne demi-heure, tous les deux sous le camion, sur la gravette humide, pour la déloger sans l’effrayer ni la déloger.

Il était 14 heures passées lorsque nous avons pris le volant pour Rocamadour. Nous avions dépassé l’heure butoir pour quitter l’aire, nous avons donc réservé une nuit supplémentaire.

Padirac, entre attraction et oppression

Sur le trajet, une grosse averse nous a dissuadés de continuer et nous avons fait une halte chez Jean-Guy Cazal, exploitant, de la ferme des Alpines, partenaire France-Passion. Nous avons fait le plein de son fromage de chèvre Rocamadour AOP et lui avons demandé ce que nous pouvions visiter alentour. Il nous a parlé du gouffre de Padirac, dont la visite n’était pas possible, mais que l’on pouvait voir. Nous avons parlé de tout, de rien, du monde agglutiné qu’il avait trouvé le matin-même au marché de Brive, qui l’avait désolé par tant d’inconscience, et nous sommes donc revenus sur nos pas, vers Padirac.

« Rapprochez-vous du centre de la terre », nous dit le site du gouffre de Padirac.

Le vertige et la fermeture du site pour cause de crise sanitaire ont réduit notre projet de visite à néant.

Nous avons vite quitté les lieux, trop oppressés par… le silence et l’absence de tout bipède alentour, excepté nous.

On a beau aimer le calme et la tranquillité, quand ils envahissent des lieux habituellement très fréquentés et aménagés, ça fait toujours un peu flipper d’avoir l’impression de débarquer le lendemain de la fin du monde en nous apercevant que nous sommes les deux seuls survivants.

Rocamadour, E 527 H et erreur du débutant

Nous avons donc remis notre visite de Rocamadour au surlendemain, et avons profté du crachin du soir pour nous balader dans Souillac, jolie petite ville tranquille.

Nous avions prévu une dernière soirée et nuit tranquilles, composées de bons petits plats, vins et fromages, sacre de reine de beauté et papouilles sous la couette en pilou-pilou dénichée chez SleepDown.

C’était sans compter le boîtier de commande de notre Truma Combi 4E qui nous affiche un code erreur E 527 H bien entendu INCONNU d’internet et de la notice, qui entraîne une panne de chauffage, le démontage du bouzin, le bidouillage de Zede, notre Miss favorite exclue des 12 et le froid qui tombe, indifférent à notre panne de chauffage.

« Demain matin, on se lève tôt et ON SE CASSE. On passera en flash à Rocamadour et on mettra le cap vers la mer. »

C’est le programme que nous avons respecté à la lettre le lendemain matin, après avoir quitté l’aire… sans nous débrancher de la borne électrique. La fameuse erreur du débutant, qui n’a occasionné aucun dégât ni d’un côté, ni de l’autre de la rallonge mais un joli fou rire.

Visites, patrimoine, Histoire, gastronomie, agriculture

Durée: 3 jours et 3 nuits
France: Lot
Budget: 200 €
Km parcourus: 700

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La politique d’accueil des camping-caristes à Rocamadour, qui dissuade plus qu’elle n’incite à rester, et donc consommer: les parkings sont très chers et le stationnement de nuit est interdit.
  • Le tourisme réduit à néant en cette période de crise sanitaire, rendant tous les sites inaccessibles, puisque dépendant soit des visites guidées, soit des restaurants pour déguster les spécialités locales

On a préféré

  • Souillac, calme, propre et magnifique
  • Padirac, bien qu’oppressant en l’absence de visiteurs et d’exploitants du site, est impressionnant et fascinant
  • Rocamadour, même de passage, magnifique!
  • Tous ces petits couacs qui ont fait de ce séjour une pochette-surprise

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

close

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

0
Et vous, qu'en pensez-vous?x
()
x
Share This