Aigues-Mortes

Aigues-Mortes

24 octobre 2020

Pour arriver en Camargue, et plus précisément à Aigues-Mortes, nous avons utilisé la méthode des cercles concentriques à l’envers avec Zede: on part de chez nous et on agrandit au gré de nos arguments:

  • les Pyrénées-Orientales: on y habite, on a envie de dépaysement total;
  • l’Aude: on y était la semaine dernière;
  • l’Hérault: celle d’avant

C’est le Gard qui a donc naturellement retenu notre attention. Partir loin pour se dépayser c’est bien, ne pas passer son week-end sur la route, c’est mieux.

Le Séjour

L’aire d’accueil Les Poissons d’argent

C’est sur les conseils de Michel, envoyé spécial pour le magazine Le monde du camping-car, que nous sommes arrivés sur l’aire Les Poissons d’Argent, à 3 kilomètres d’Aigues-Mortes.

Située au coeur d’une la ferme aquacole, l’aire est grande (74 emplacements d’environs 45m2 chacun, tous raccordés à l’électricité), très bien entretenue (terrain plat, 2 espaces de vidange et remplissage) et les hôtes sont super accueillants.

Hors période Covid, on peut petit-déjeuner, déjeuner et dîner au restaurant. Nous avions placard et frigo pleins, nous avons simplement commandé du pain pour le lendemain.

Aigues-Mortes

Conseillés par notre hôte, c’est à vélo (encore eux!) que nous avons rallié Aigues-Mortes, par les chemins de traverse.

Entendons-nous bien: si nous avons emprunté manades et domaines viticoles privés, un laisser-passer nous avait été délivré, grâce à un échange de bons procédés de l’aire avec ses voisins.

De vignes en cours, de chemins en piste cyclable, nous arrivons enfin à Aigues-Mortes, très vivante.

Trop pour nous:

  • trop de touristes
  • trop de boutiques

Pas assez pour nous:

  • de calme
  • de patrimoine

Nous avons fait demi-tour et pu profiter des derniers raysons de soleil sur le canal du Rhône à Sète.

Alerte moustiques!

Lorsqu’on cause Camargue, aussitôt, ils arrivent. Il faut savoir qu’où que nous soyions, en présence de moustiques, le meilleur répulsif que je connaisse est Zede.

Mais il semblerait qu’en Camargue, les rôles soient inversés puisque c’est moi qui leur ai servi de casse-croûte durant les 2 nuits que nous avons passées sur l’aire.

Malgré les moustiquaires latérales et à chaque lanterneau. Malgré les lotions, malgré l’enroulage sous la couette.

Malgré la prise insecticide, qui s’avéra inefficace et pour cause, il s’agissait en fait d’une prise diffusant un parfum apaisant pour les chats.

« Ah sur l’aire madame, on n’a pas de moustiques! »

Pensant qu’on ne devait pas contrarier une Camargaise, on en a conclu qu’on avait également fait voir du pays aux moustiques catalans.

Marais, étangs, vélo, tourisme

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Gard

Budget: 30 €

Km parcourus: 400

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Aigues-Mortes et son histoire sont ensevelies sous des boutiques peu locales
  • Les accès aux pistes cyclables pas évidents
  • Les moustiques!

On a préféré

  • La ferme aquacole, sa faune et sa flore
  • L’accueil des gérants de l’aire
  • Les services

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Les plages de l’Aude

Les plages de l’Aude

19 octobre 2020

L’Aude, ce département qui nous a vus naître, Zede, nos enfants, deux de nos maisons et moi, est peut-être celui que nous connaissons le moins. Et dire que nous n’avons jamais foulé le sable de ses plages! Leucate, Gruissan et Narbonne, Zérard a bien cru devenir Gavatx.

Leucate: le miroir d’eau

Remettant à plus tard la visite du Lydia à Port-Barcarès, c’est en roulant que nous avons trouvé le front de mer de Leucate, et nous sommes garés pour déjeuner au soleil face au miroir d’eau. Ce week-end allait donc être audois ou n’allait pas être.

Pouvoir s’arrêter quand les ventres sont creux du moment qu’un parking autorisé est disponible, c’est ce petit plus non négligeable, d’autant que prendre son café sur la plage juste après n’a pas de prix. C’est gratuit.

C’est aussi gratuit d’apprendre, qu’en juin 1963 était lancé un autre appel du Général de Gaulle: le lancement de la mission Racine, qui devait relever le défi d’aménager le littoral du Languedoc-Roussillon, alors peuplé de moustiques et impraticable. Il s’agissait également d’éviter la fuite des touristes –et de leurs petites économies– en Espagne.

Gruissan: les chalets

Incontournable, nous avait-on dit, cette fameuse plage et ses célèbres chalets.

Sur le papier, tout était parfait: un lieu emblématique depuis le tournage de « 37°2 le matin« . Ne cherchez pas le mythique chalet rose qui abrita la passion de Betty et Zorg, il a été brûlé.

Nous avions d’ailleurs déniché le spot indiqué par Park4Night, en bord de mer.

Nous avons enfourché nos vélos et avons parcouru l’ensemble du quartier de ces constructions que nous avons trouvées plus ou moins solides, plus ou moins récentes, et surtout, plus ou moins abandonnées.

Au fil des tours de pédale, nous avons déchanté. Plus de vieilles planches que de chalets rénovés, plus de nids de poule que de bitûme dans les rues et surtout, plus de passage sur le spot que nous aurions souhaité.

Nous avons donc appliqué la règle N°1 en vadrouille: si on ne « sent » pas un endroit, ON DÉGAGE!

On ne le sentait pas.

Narbonne: les sansouïres des Ayguades

C’est du côté de Narbonne que nous avons enfin senti le bon spot: l’aire de camping-car Campéole, entre Gruissan et Narbonne.

L’aire est en réaménagement, et les accès à l’électricité et eau ne sont pas disponibles à chaque emplacement mais les lieux sont propres, nous sommes au calme et à mi-chemin entre le supermarché et la plage.

Après une nuit sans bruit, nous avons enfourché nos bécanes et mis Poppy dans son panier pour sa première rencontre avec la mer.

Nous avons vite rebroussé chemin, les chats n’aiment ni le sable, ni les embruns.

Ce cordon littoral, protégé, porte le joli nom de Sansouïre. Et il vaut mieux fouler cette lande à pied qu’à vélo, sauf pour qui veut des cuisses en béton.

Nous n’en avons pas fini avec les plages de l’Aude.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Vélo, plage, balades

Durée: 2 jours et 1 nuit
France: Aude
Budget: 26 €
>Km parcourus: 150

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La fameuse plage des chalets de Gruissan a perdu de sa superbe, tout comme les célèbres chalets. L’endroit ne nous a pas donné envie de nous poser
  • À Leucate, difficle de savoir si les camping-caristes étaient les bienvenus ou pas
  • À Narbonne, l’aire d’accueil pour camping-cars à côté du camping n’est ni pratique, ni accessible

On a préféré

  • À Leucate, le front de mer est magnifique et le cordon dunaire parfaitement respecté
  • À Gruissan, le parcours du quartier des chalets à vélo est idéal
  • À Narbonne, la plage près des Joncasses et de l’étang de Mateille est superbe.

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Duilhac-sous-Peyrepertuse

Duilhac-sous-Peyrepertuse

10 octobre 2020

Les petits grains de sable de La Tamarissière sont venus compromettre notre séjour qui s’est réduit comme peau de chagrin en ce début octobre. Mais notre région n’a pas dit son dernier mot et les châteaux cathares, dont celui de Peyrepertuse, nous tendait les bras.

Duilhac-sous-Peyrepertuse

Lorsque nous sommes arrivés à Duilhac, nous avons trouvé immédiatement notre spot, le parking municipal dédié aux camping-cars à l’entrée du village.

La fin de l’après-midi approchait, le soleil assez timide d’octobre nous a incité à monter visiter le village et se renseigner sur la randonnée qui mène au château.

La météo

 Pour qui connaît les châteaux cathares, pour qui connaît les Corbières et le Minervois, pour qui connaît le temps changeant de l’automne, Peyrepertuse est à portée de chemin.

Pour nous, c’est une autre paire de manche. Nous nous étions lancés à l’aventure en totale improvisation, nous avons récolté les fruits de notre âme d’aventuriers de pacotille: le temps s’est couvert, le crachin s’est invité, et nous avons vite compris que Peyrepertuse, c’est tout sauf de la promenade.

Nous avons donc remballé nos envies de vieilles pierres, rabattu nos capuches et trotté bon pas vers Zérard, qui allait être notre cocon jusqu’au lendemain.

La leçon

Même si nous avons apprécié d’être ainsi assignés à résidence secondaire, profité du chauffage de Zérard et d’une connexion 4G excellente grâce notamment à notre 4 G Camp Pro V2 EU, conseillé par l’excellent Philippe, de Voyage Voyages, nous avons compris que l’improvisation, en mode nomade, ça a ses limites.

Le lendemain, le soleil était radieux et nous avons regretté de devoir quitter les lieux sans avoir pu visiter le château. La prochaine fois, nous prendrons nos chaussures de randonnée, nos gourdes et sacs à dos.

La prochaine fois, surtout, on se renseignera sur ce qu’il est possible de voir ou faire ou non en moins de 24 heures et de 100 kilomètres à la ronde.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Histoire, randonnée

Durée: 2 jours, une nuit

France: Aude

Budget: 0 €

Km parcourus: 70

 

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Le site est très fréquenté, se croiser sur les routes minervoises et des Corbières n’est pas facile
  • Les %22ventouses%22, ces camping-caristes qui s’installent sur des emplacements dits de passage et qui ne respectent pas forcément leurs voisins
  • Hors-saison, sans connaître, difficile de comprendre qu’entre l’aire de Duilhac et le château, il y a de la route!

On a préféré

  • L’aire gratuite, accessible et super bien entretenue, mise à disposition par la commune
  • Le village de Duilhac, magnifique
  • L’intérieur de Zérard!

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Étang de Thau – La Tamarissière

Étang de Thau – La Tamarissière

26 septembre 2020

Cela faisait un moment que je souhaitais visiter l’étang de Thau, le plus grand plan d’eau du Languedoc, dont 8 communes, Sète, Frontignan, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Loupian, Mèze et Marseillan se partagent la paternité. Bienvenue dans l’Hérault côté mer.

L’itinéraire à la Zérard

Avant d’arriver sur les rives de l’étang, nous avons fait une première halte le vendredi soir sur un sport proposé par Park4Night aux alentours de Poussan, après avoir roulé de nuit et sous une pluie battante. Rouler dans ces conditions vers l’inconnu, avec la fatigue, la faim et un GPS qui est lui aussi parti en week-end, mais pas avec nous, on vous laisse imaginer l’ambiance.

Mais le lendemain, dès le matin, on a compris qu’on allait passer une super journée. Le vent ne soufflait plus et le soleil nous indiquait le chemin de l’étang de Thau.

L’étang de Thau

C’est sur son chemin que nous avons trouvé ce que nous avions prévu de faire notre spot du week-end: l’aire France Passion de Karine et Yvan Caussel, La noisette d’Oc.

Leur exploitation conchylicole et ostréicole, et leur restaurant nous ont fait le l’oeil. Nous avons pu déguster les fruits de leur production quasiment de la barque à l’assiette.

Mais il était déjà tard et nous n’avions pas réalisé que l’étang de Thau, c’est 19 kilomètres de long sur 5 de large, soit trop vaste pour être visité avant la nuit.

D’autant que Zede avait une autre idée d’itinéraire derrière la tête.

Nous avons remercié nos hôtes, avons laissé notre emplacement à d’autre escargots et avons mis le cap sur Agde, et La Tamarissière.

La Tama

Zede et La Tamarissière, sa « Tama » comme les puristes l’appellent affectueusement, c’est une madeleine de Proust. Il y a séjourné pendant de nombreux étés au camping éponyme, hélas fermé en cette fin de mois de septembre.

Nous avons donc jeté notre dévolu et les roues de Zérard tout à côté, au camping Les Canoës.

Notre séjour a été plus que sportif, nous sommes allés nous ravitailler au centre d’Agde, puis avons fait une visite rapide jusqu’à la plage avant la tombée de la nuit.

Le lendemain matin, malgré le temps maussade, nous avons à nouveau pris nos biclous, bravé le vent et le froid pour revenir sur la plage.

On ne le dira jamais assez, l’air marin, c’est vivifiants, mais le vent et le sable, c’est plutôt chiant.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Mer, étang, vélo, camping

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Hérault

Budget: 30 €

Km parcourus: 250

 

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La ville d’Agde, qui n’aime pas trop les cyclistes et qui ne semble pas s’embêter avec la propreté
  • L’étang de Thau, même si nous n’avons pas eu le temps d’en faire le tour, est un peu trop, à notre goût, touristique
  • Avoir traversé Béziers plutôt que de l’avoir contournée!

On a préféré

  • La dégustation de fruits de mer sur l’étang de Thau
  • Cet adorable et abordable camping Les Canoës
  • Le vélo sur la plage, meilleur gainage ever!

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Cerbère

Cerbère

20 septembre 2020
La côte Vermeille n’est pas en reste lorsqu’on évoque les stations balnéaires. Cerbère n’est pas forcément celle à laquelle on pense en priorité en traçant un itinéraire de vacances estivales. Pourtant…

Pour la petite histoire

Nous sommes partis le vendredi soir, tard après le boulot, avec comme cap Céret, pour être sur place le lendemain matin et faire notre petit marché préféré.

Après une soirée et une nuit quasiment sous le pont du diable, et notre panier bien rempli (les délicieux fromages de chèvre de Nadège et les fruits et légumes frais d’Aurélie et Christian), nous avions le choix entre mer et montagne, « mar i mont » comme on dit en pays catalan. C’est la mer qui l’a emporté, et Cerbère, comme ça, parce qu’on en avait envie.

Improvisation totale, comme bien souvent!

Le bivouac

Peu le savent, mais Cerbère possède un camping municipal. Alors certes, il est dans son jus, certes, il n’est pas forcément facile à dénicher, certes, son entrée laisse à penser qu’il est désaffecté mais il n’en est rien.

Pour qui sait dépasser ses préjugés, et dégainer son téléphone en cas d’absence à l’accueil, le camping municipal de Cerbère est une expérience en soi:

– les emplacements son libres

– son agencement est implanté dans la nature, emplacements en terrasses, pinède, plaques de schiste au sol

– les infrastructures fonctionnement mais ne sont pas ce qu’on appelle du dernier cri. Qu’importe, de quoi se doucher, se raccorder à l’électricité, remplir et vidanger est bien suffisant!

– les tarifs sont municipaux, à consulter directement ou en téléphonant au 04 68 88 41 17.

Nous avons choisi un emplacement avec raccordement à l’électricité, soit au plus près de la mer.

La magie des lieux: le sentier littoral et les criques plus ou moins sauvages

Cerbère est une station à double facette: une touristique, balnéraire, et une plus sauvage et simple.

Nous avons choisi, en nous posant avec Zérard au camping, l’aspect plus discret.

Il suffit simplement d’emprunter le sentier littoral à partir du camping (il y a un petit passage secret qu’on vous laissera deviner) et de le suivre. Attention, par temp humide, pluvieux ou venteux, de bonnes chaussures sont plus que recommandées, les tongs et autres nouilles de plage sont proscrites, nous sommes à flan de falaise.

Alors à vous les criques sauvages, très peu fréquentées à la rareté d’être encore propres et de livrer une faune et une flore riches et colorées. Amoureux de plongée sous-marines, soyez respectueux du règlement en vigueur sur site.

J’ai parcouru ce sentier en plein orage, suis arrivée sur une crique à l’éclaircie et n’ai pas pu résister à la baignade, tant et si bien que j’ai appelé Zede pour que nous profitions à deux d’un bain de minuit à 19h passées.

Ce sont les coups de tonnerre et le crachin qui nous ont sortis de l’eau et c’est trempés comme des soupes mais heureux que nous sommes rentrés au camping.

Cerbère, quelque soit le temps, tu l’aimes ou tu la quittes! Nous avons choisi de l’aimer jusqu’au dimanche soir.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Mer, criques, plages, balade, calme, nature sauvage

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Pyrénées Orientales

Budget: 100 euros

Km parcourus: 100

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Le camping n’est pas de toute première jeunesse
  • Hors saison, mieux vaut être autonome, Cerbère est à 3,3 kilomètres
  • Les emplacements libres ne sont pas toujours adaptés (pentus, pierreux)

On a préféré

  • Le camping est familial, calme et au plus près de la mer
  • Le sentier littoral est très bien entretenu
  • L’accès aux criques, difficile, permet aux lieux de rester sauvages, propres et riches en faune et flore magiques

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Prats de Mollo la Preste

Prats de Mollo la Preste

14 septembre 2020
C’est en voulant profiter du réseau d’étapes France Passion et à la recherche d’un producteur de fromages de chèvre que nous avons lancé Zérard sur les routes du Haut-Vallespir, et précisément la médiévale Prats de Mollo-La Preste.

Le fromager

C’est à la ferme Plana Nera à la Preste que nous avons acheté nos petits fromages de chèvre, chez Boris Paraire.

Il faut grimper un peu, mais l’effort vaut bien le détour, poules, chien, chèvres et exploitant nous ont bien accueillis. Un seul regret: le seul emplacement de camping réservé aux adhérents France Passion était déjà pris.

Nous avons donc fait le choix de redescendre sur Prats pour en faire notre spot pour la nuit.

Prats de Mollo

Nous n’avons pas eu le temps de visiter cette petite ville, partagée par le torrent de la Guillema, qui délimite ville haute et basse, entre fortifications et maisons bourgeoises.

Mais la petite balade que nous avons faites dans la cité fortifiées, entre ruelles escarpées et places pavées, et le petit apéritif pris à la terrasse d’un bar au calme nous ont fait de l’œil et dit à bientôt lorsque nous les avons quittés.

Camping-Caristes bienvenus

C’est une décision intelligente de l’équipe municipale d’avoir aménagé sur un des parkings de la commune un accès gratuit aux van, fourgons et autres camping-cars.

Des places spacieuses, ombragées, avec à proximité des tables de pique-nique et des toilettes.

Nous avons garé Zérard face au torrent. Bercés par sa colère depuis longtemps apaisée, réveillés par nos joyeux compagnons de voyage et leur accent si chantant venus de l’Espagne toute proche pour profiter des randonnées et circuits VTT qu’offrent les alentours.

Les Photos

Montagne, ballades, tourisme,

Durée: 2 jours et 2 nuits

France: Pyrénées Orientales

Budget: 100 €

Km parcourus: 200

 

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Les producteurs adhérents au réseaux Fance Passion font avant tout leur métier, et nous sommes tombés à la mauvaise heure (celle de la traite) à laquelle nous n’avons pas pu assister ni laissé le temps au fromager de nous raconter son histoire et son travail
  • Amoureux des pistes cyclables au niveau de la mer, passez votre chemin ou préparez-vous aux dénivelés!
  • Le parking, bien que gratuit et accueillant, porte bien son nom. De nombreux véhicules, et leurs accompagnants vont et viennent, démarrent, discutent, se retrouvent

On a préféré

  • Cadre magnifique
  • Commune accueillante et entretenue
  • Nombreuses activités pour tous

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place