Souillac – Rocamadour

Souillac – Rocamadour

20 décembre 2020

Rocamadour faisait partie de notre première idée de séjour après la rentrée de septembre, puis un de ceux que nous avons virtuellement faits pendant le confinement.

Nous souhaitions tant visiter tous les sites alentours, nous promener, randonner, pédaler que nous avons décidé d’attendre d’avoir suffisamment de congés pour profter et prendre le temps de nous imprégner de ce Lot si beau et riche sur le papier!

Nous avons pris Poppy, nos vélos et sommes partis à vide.

Nous avions réservé un emplacement sur l’aire Camping-car Park de Souillac, à 15 kilomètres de Rocamadour.

Et c’est à partir de là que nous n’avons plus trop maîtrisé grand-chose.

Le Séjour

Souillac, pluie et plus de Poppy

Souillac devait n’être que notre étape pour le gîte et le couvert, elle aura été finalement plus que ça. Nous devions y arriver en milieu d’après-midi et filer à Rocamadour, et c’est en début de soirée, de nuit et après une ruine en autoroute, prise pour éviter de nous retrouver sur la route après le couvre-feu, que nous y sommes arrivés.

La pluie et le vent nous ont accueillis.

Souillac et son aire sont si tranquilles que lorsque nous avons quitté la couette, midi avait déjà sonné le lendemain.

Pendant que nous rangions et nous préparions pour aller à Rocamadour, nous avions laissé Poppy sortir, en laisse, la poignée attachée au siège passager, pour qu’elle poursuivre sa familiarisation avec l’extérieur.

Nous n’avions pas vu qu’encore trop craintive, elle a déroulé la laisse et s’est réfugiée dans le bloc moteur, et a décidé qu’elle s’y sentait en sécurité.

Il nous a fallu une bonne demi-heure, tous les deux sous le camion, sur la gravette humide, pour la déloger sans l’effrayer ni la déloger.

Il était 14 heures passées lorsque nous avons pris le volant pour Rocamadour. Nous avions dépassé l’heure butoir pour quitter l’aire, nous avons donc réservé une nuit supplémentaire.

Padirac, entre attraction et oppression

Sur le trajet, une grosse averse nous a dissuadés de continuer et nous avons fait une halte chez Jean-Guy Cazal, exploitant, de la ferme des Alpines, partenaire France-Passion. Nous avons fait le plein de son fromage de chèvre Rocamadour AOP et lui avons demandé ce que nous pouvions visiter alentour. Il nous a parlé du gouffre de Padirac, dont la visite n’était pas possible, mais que l’on pouvait voir. Nous avons parlé de tout, de rien, du monde agglutiné qu’il avait trouvé le matin-même au marché de Brive, qui l’avait désolé par tant d’inconscience, et nous sommes donc revenus sur nos pas, vers Padirac.

« Rapprochez-vous du centre de la terre », nous dit le site du gouffre de Padirac.

Le vertige et la fermeture du site pour cause de crise sanitaire ont réduit notre projet de visite à néant.

Nous avons vite quitté les lieux, trop oppressés par… le silence et l’absence de tout bipède alentour, excepté nous.

On a beau aimer le calme et la tranquillité, quand ils envahissent des lieux habituellement très fréquentés et aménagés, ça fait toujours un peu flipper d’avoir l’impression de débarquer le lendemain de la fin du monde en nous apercevant que nous sommes les deux seuls survivants.

Rocamadour, E 527 H et erreur du débutant

Nous avons donc remis notre visite de Rocamadour au surlendemain, et avons profté du crachin du soir pour nous balader dans Souillac, jolie petite ville tranquille.

Nous avions prévu une dernière soirée et nuit tranquilles, composées de bons petits plats, vins et fromages, sacre de reine de beauté et papouilles sous la couette en pilou-pilou dénichée chez SleepDown.

C’était sans compter le boîtier de commande de notre Truma Combi 4E qui nous affiche un code erreur E 527 H bien entendu INCONNU d’internet et de la notice, qui entraîne une panne de chauffage, le démontage du bouzin, le bidouillage de Zede, notre Miss favorite exclue des 12 et le froid qui tombe, indifférent à notre panne de chauffage.

« Demain matin, on se lève tôt et ON SE CASSE. On passera en flash à Rocamadour et on mettra le cap vers la mer. »

C’est le programme que nous avons respecté à la lettre le lendemain matin, après avoir quitté l’aire… sans nous débrancher de la borne électrique. La fameuse erreur du débutant, qui n’a occasionné aucun dégât ni d’un côté, ni de l’autre de la rallonge mais un joli fou rire.

Visites, patrimoine, Histoire, gastronomie, agriculture

Durée: 3 jours et 3 nuits
France: Lot
Budget: 200 €
Km parcourus: 700

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La politique d’accueil des camping-caristes à Rocamadour, qui dissuade plus qu’elle n’incite à rester, et donc consommer: les parkings sont très chers et le stationnement de nuit est interdit.
  • Le tourisme réduit à néant en cette période de crise sanitaire, rendant tous les sites inaccessibles, puisque dépendant soit des visites guidées, soit des restaurants pour déguster les spécialités locales

On a préféré

  • Souillac, calme, propre et magnifique
  • Padirac, bien qu’oppressant en l’absence de visiteurs et d’exploitants du site, est impressionnant et fascinant
  • Rocamadour, même de passage, magnifique!
  • Tous ces petits couacs qui ont fait de ce séjour une pochette-surprise

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Vinça

Vinça

14 décembre 2020

Se poser sur l’aire de camping-car de Vinça? Non mais on n’y aurait jamais pensé, nous habitons juste à côté! C’est pourtant là que nous avons passé notre week-end, confinement et restrictions de sortie obligent! Et finalement, nous avons été non seulement dépaysés, mais également très agréablement surpris!

Le Séjour

camping car park Vnça

L’aire Camping Car Park

Nous y sommes arrivés à la nuit tombée, soit vers 17h (merci l’heure d’hiver qui doit ne plus exister chaque année!) et n’avons pas pu observer les lieux.

Mais d’emblée, le lieu semble propre et en état. Nous avons remarqué en arrivant un food-truck, ce qui peut lorsqu’on débarque comme nous comme un cheveu sur la soupe ou pour se reposer le temps d’une soirée et d’une nuit, se révéler très appréciable.

Nous nous sommes branchés à l’électricité et avons profité d’une soirée au calme, malgré la proximité de la voie rapide N116. Nous sommes en confinement, ce qui a limité le traffic, mais en pleine saison, notament en été, il se peut que les nuits soient un peu plus bruyantes.

C’est une très forte tramontane qui nous a bercés toute la nuit.

poppy

Le lac des Escoumes

C’est dans la matinée que nous avons été réveillés par un grand soleil à travers le lanterneau de la chambre que nous avions laissé à jour.

Le vent était tombé, le temps idéal pour une promenade autour du lac des Escoumes.

L’été, le plan d’eau dispose d’une plage surveillée et d’une base nautique avec diverses activités aqualudiques, et d’un service de restauration /buvette.

Hors-saison, la plage reste accessible.

Nous n’avons pas pu faire le tour du lac, dont l’accès est restreint aux usagers du camping, actuellement fermé.

Même Poppy, que nous avons prise avec nous, a apprécié. Surtout la présence des canards sur l’eau et des pigeons sur la plage.

L’environnement

Malgré la proximité de la voie rapide, aussitôt que l’on est sur l’aire du lac, on se sent isolé.

Le village de Vinça lèche les rives du lac, lequel est surplombé par un quartier résidentiel, avec terrains de sport et jolies villas.

Ici, c’est le calme qui surprend, perturbé par les canards qui caquettent dès que l’on descend sur les berges, et qui se disputent tout ce que les promeneurs leur jettent à manger (il est fortement déconseillé de donner du pain aux canards, même si ça plaît aux enfants!).

Nous avons croisé quelques pêcheurs à la carpe. La pratique est règlementée, en float-tube notamment, mais autorisée. Une pêche plus sportive et de nuit est également permise de l’autre côté de la N116, sur le barrage de Vinça.

Zette

Moitié de Zede et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes!), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Balades, promenades à pied ou à vélo, pêche, baignades

Durée: 2 jours et 2 nuits

France: Pyrénées Orientales

Budget: 40 €

Km parcourus: 80

 

En plus ou moins bien

On a moins aimé

  • La proximité de la N116, qui doit être très fréquentée et bruyante en été
  • Les rives du lac inaccessible côté camping lorsqu’il est fermé

On a préféré

  • Les paysages autour du lac de Vinça à couper le souffle
  • L’aire Camping-Car Park très bien entretenue, calme et propre.

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages

%

Activités sur place

Aigues-Mortes

Aigues-Mortes

24 octobre 2020

Pour arriver en Camargue, et plus précisément à Aigues-Mortes, nous avons utilisé la méthode des cercles concentriques à l’envers avec Zede: on part de chez nous et on agrandit au gré de nos arguments:

  • les Pyrénées-Orientales: on y habite, on a envie de dépaysement total;
  • l’Aude: on y était la semaine dernière;
  • l’Hérault: celle d’avant

C’est le Gard qui a donc naturellement retenu notre attention. Partir loin pour se dépayser c’est bien, ne pas passer son week-end sur la route, c’est mieux.

Le Séjour

L’aire d’accueil Les Poissons d’argent

C’est sur les conseils de Michel, envoyé spécial pour le magazine Le monde du camping-car, que nous sommes arrivés sur l’aire Les Poissons d’Argent, à 3 kilomètres d’Aigues-Mortes.

Située au coeur d’une la ferme aquacole, l’aire est grande (74 emplacements d’environs 45m2 chacun, tous raccordés à l’électricité), très bien entretenue (terrain plat, 2 espaces de vidange et remplissage) et les hôtes sont super accueillants.

Hors période Covid, on peut petit-déjeuner, déjeuner et dîner au restaurant. Nous avions placard et frigo pleins, nous avons simplement commandé du pain pour le lendemain.

Aigues-Mortes

Conseillés par notre hôte, c’est à vélo (encore eux!) que nous avons rallié Aigues-Mortes, par les chemins de traverse.

Entendons-nous bien: si nous avons emprunté manades et domaines viticoles privés, un laisser-passer nous avait été délivré, grâce à un échange de bons procédés de l’aire avec ses voisins.

De vignes en cours, de chemins en piste cyclable, nous arrivons enfin à Aigues-Mortes, très vivante.

Trop pour nous:

  • trop de touristes
  • trop de boutiques

Pas assez pour nous:

  • de calme
  • de patrimoine

Nous avons fait demi-tour et pu profiter des derniers raysons de soleil sur le canal du Rhône à Sète.

Alerte moustiques!

Lorsqu’on cause Camargue, aussitôt, ils arrivent. Il faut savoir qu’où que nous soyions, en présence de moustiques, le meilleur répulsif que je connaisse est Zede.

Mais il semblerait qu’en Camargue, les rôles soient inversés puisque c’est moi qui leur ai servi de casse-croûte durant les 2 nuits que nous avons passées sur l’aire.

Malgré les moustiquaires latérales et à chaque lanterneau. Malgré les lotions, malgré l’enroulage sous la couette.

Malgré la prise insecticide, qui s’avéra inefficace et pour cause, il s’agissait en fait d’une prise diffusant un parfum apaisant pour les chats.

« Ah sur l’aire madame, on n’a pas de moustiques! »

Pensant qu’on ne devait pas contrarier une Camargaise, on en a conclu qu’on avait également fait voir du pays aux moustiques catalans.

Marais, étangs, vélo, tourisme

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Gard

Budget: 30 €

Km parcourus: 400

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Aigues-Mortes et son histoire sont ensevelies sous des boutiques peu locales
  • Les accès aux pistes cyclables pas évidents
  • Les moustiques!

On a préféré

  • La ferme aquacole, sa faune et sa flore
  • L’accueil des gérants de l’aire
  • Les services

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Les plages de l’Aude

Les plages de l’Aude

19 octobre 2020

L’Aude, ce département qui nous a vus naître, Zede, nos enfants, deux de nos maisons et moi, est peut-être celui que nous connaissons le moins. Et dire que nous n’avons jamais foulé le sable de ses plages! Leucate, Gruissan et Narbonne, Zérard a bien cru devenir Gavatx.

Leucate: le miroir d’eau

Remettant à plus tard la visite du Lydia à Port-Barcarès, c’est en roulant que nous avons trouvé le front de mer de Leucate, et nous sommes garés pour déjeuner au soleil face au miroir d’eau. Ce week-end allait donc être audois ou n’allait pas être.

Pouvoir s’arrêter quand les ventres sont creux du moment qu’un parking autorisé est disponible, c’est ce petit plus non négligeable, d’autant que prendre son café sur la plage juste après n’a pas de prix. C’est gratuit.

C’est aussi gratuit d’apprendre, qu’en juin 1963 était lancé un autre appel du Général de Gaulle: le lancement de la mission Racine, qui devait relever le défi d’aménager le littoral du Languedoc-Roussillon, alors peuplé de moustiques et impraticable. Il s’agissait également d’éviter la fuite des touristes –et de leurs petites économies– en Espagne.

Gruissan: les chalets

Incontournable, nous avait-on dit, cette fameuse plage et ses célèbres chalets.

Sur le papier, tout était parfait: un lieu emblématique depuis le tournage de « 37°2 le matin« . Ne cherchez pas le mythique chalet rose qui abrita la passion de Betty et Zorg, il a été brûlé.

Nous avions d’ailleurs déniché le spot indiqué par Park4Night, en bord de mer.

Nous avons enfourché nos vélos et avons parcouru l’ensemble du quartier de ces constructions que nous avons trouvées plus ou moins solides, plus ou moins récentes, et surtout, plus ou moins abandonnées.

Au fil des tours de pédale, nous avons déchanté. Plus de vieilles planches que de chalets rénovés, plus de nids de poule que de bitûme dans les rues et surtout, plus de passage sur le spot que nous aurions souhaité.

Nous avons donc appliqué la règle N°1 en vadrouille: si on ne « sent » pas un endroit, ON DÉGAGE!

On ne le sentait pas.

Narbonne: les sansouïres des Ayguades

C’est du côté de Narbonne que nous avons enfin senti le bon spot: l’aire de camping-car Campéole, entre Gruissan et Narbonne.

L’aire est en réaménagement, et les accès à l’électricité et eau ne sont pas disponibles à chaque emplacement mais les lieux sont propres, nous sommes au calme et à mi-chemin entre le supermarché et la plage.

Après une nuit sans bruit, nous avons enfourché nos bécanes et mis Poppy dans son panier pour sa première rencontre avec la mer.

Nous avons vite rebroussé chemin, les chats n’aiment ni le sable, ni les embruns.

Ce cordon littoral, protégé, porte le joli nom de Sansouïre. Et il vaut mieux fouler cette lande à pied qu’à vélo, sauf pour qui veut des cuisses en béton.

Nous n’en avons pas fini avec les plages de l’Aude.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Vélo, plage, balades

Durée: 2 jours et 1 nuit
France: Aude
Budget: 26 €
>Km parcourus: 150

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La fameuse plage des chalets de Gruissan a perdu de sa superbe, tout comme les célèbres chalets. L’endroit ne nous a pas donné envie de nous poser
  • À Leucate, difficle de savoir si les camping-caristes étaient les bienvenus ou pas
  • À Narbonne, l’aire d’accueil pour camping-cars à côté du camping n’est ni pratique, ni accessible

On a préféré

  • À Leucate, le front de mer est magnifique et le cordon dunaire parfaitement respecté
  • À Gruissan, le parcours du quartier des chalets à vélo est idéal
  • À Narbonne, la plage près des Joncasses et de l’étang de Mateille est superbe.

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Duilhac-sous-Peyrepertuse

Duilhac-sous-Peyrepertuse

10 octobre 2020

Les petits grains de sable de La Tamarissière sont venus compromettre notre séjour qui s’est réduit comme peau de chagrin en ce début octobre. Mais notre région n’a pas dit son dernier mot et les châteaux cathares, dont celui de Peyrepertuse, nous tendait les bras.

Duilhac-sous-Peyrepertuse

Lorsque nous sommes arrivés à Duilhac, nous avons trouvé immédiatement notre spot, le parking municipal dédié aux camping-cars à l’entrée du village.

La fin de l’après-midi approchait, le soleil assez timide d’octobre nous a incité à monter visiter le village et se renseigner sur la randonnée qui mène au château.

La météo

 Pour qui connaît les châteaux cathares, pour qui connaît les Corbières et le Minervois, pour qui connaît le temps changeant de l’automne, Peyrepertuse est à portée de chemin.

Pour nous, c’est une autre paire de manche. Nous nous étions lancés à l’aventure en totale improvisation, nous avons récolté les fruits de notre âme d’aventuriers de pacotille: le temps s’est couvert, le crachin s’est invité, et nous avons vite compris que Peyrepertuse, c’est tout sauf de la promenade.

Nous avons donc remballé nos envies de vieilles pierres, rabattu nos capuches et trotté bon pas vers Zérard, qui allait être notre cocon jusqu’au lendemain.

La leçon

Même si nous avons apprécié d’être ainsi assignés à résidence secondaire, profité du chauffage de Zérard et d’une connexion 4G excellente grâce notamment à notre 4 G Camp Pro V2 EU, conseillé par l’excellent Philippe, de Voyage Voyages, nous avons compris que l’improvisation, en mode nomade, ça a ses limites.

Le lendemain, le soleil était radieux et nous avons regretté de devoir quitter les lieux sans avoir pu visiter le château. La prochaine fois, nous prendrons nos chaussures de randonnée, nos gourdes et sacs à dos.

La prochaine fois, surtout, on se renseignera sur ce qu’il est possible de voir ou faire ou non en moins de 24 heures et de 100 kilomètres à la ronde.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Histoire, randonnée

Durée: 2 jours, une nuit

France: Aude

Budget: 0 €

Km parcourus: 70

 

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Le site est très fréquenté, se croiser sur les routes minervoises et des Corbières n’est pas facile
  • Les %22ventouses%22, ces camping-caristes qui s’installent sur des emplacements dits de passage et qui ne respectent pas forcément leurs voisins
  • Hors-saison, sans connaître, difficile de comprendre qu’entre l’aire de Duilhac et le château, il y a de la route!

On a préféré

  • L’aire gratuite, accessible et super bien entretenue, mise à disposition par la commune
  • Le village de Duilhac, magnifique
  • L’intérieur de Zérard!

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Étang de Thau – La Tamarissière

Étang de Thau – La Tamarissière

26 septembre 2020

Cela faisait un moment que je souhaitais visiter l’étang de Thau, le plus grand plan d’eau du Languedoc, dont 8 communes, Sète, Frontignan, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Loupian, Mèze et Marseillan se partagent la paternité. Bienvenue dans l’Hérault côté mer.

L’itinéraire à la Zérard

Avant d’arriver sur les rives de l’étang, nous avons fait une première halte le vendredi soir sur un sport proposé par Park4Night aux alentours de Poussan, après avoir roulé de nuit et sous une pluie battante. Rouler dans ces conditions vers l’inconnu, avec la fatigue, la faim et un GPS qui est lui aussi parti en week-end, mais pas avec nous, on vous laisse imaginer l’ambiance.

Mais le lendemain, dès le matin, on a compris qu’on allait passer une super journée. Le vent ne soufflait plus et le soleil nous indiquait le chemin de l’étang de Thau.

L’étang de Thau

C’est sur son chemin que nous avons trouvé ce que nous avions prévu de faire notre spot du week-end: l’aire France Passion de Karine et Yvan Caussel, La noisette d’Oc.

Leur exploitation conchylicole et ostréicole, et leur restaurant nous ont fait le l’oeil. Nous avons pu déguster les fruits de leur production quasiment de la barque à l’assiette.

Mais il était déjà tard et nous n’avions pas réalisé que l’étang de Thau, c’est 19 kilomètres de long sur 5 de large, soit trop vaste pour être visité avant la nuit.

D’autant que Zede avait une autre idée d’itinéraire derrière la tête.

Nous avons remercié nos hôtes, avons laissé notre emplacement à d’autre escargots et avons mis le cap sur Agde, et La Tamarissière.

La Tama

Zede et La Tamarissière, sa « Tama » comme les puristes l’appellent affectueusement, c’est une madeleine de Proust. Il y a séjourné pendant de nombreux étés au camping éponyme, hélas fermé en cette fin de mois de septembre.

Nous avons donc jeté notre dévolu et les roues de Zérard tout à côté, au camping Les Canoës.

Notre séjour a été plus que sportif, nous sommes allés nous ravitailler au centre d’Agde, puis avons fait une visite rapide jusqu’à la plage avant la tombée de la nuit.

Le lendemain matin, malgré le temps maussade, nous avons à nouveau pris nos biclous, bravé le vent et le froid pour revenir sur la plage.

On ne le dira jamais assez, l’air marin, c’est vivifiants, mais le vent et le sable, c’est plutôt chiant.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Mer, étang, vélo, camping

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Hérault

Budget: 30 €

Km parcourus: 250

 

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La ville d’Agde, qui n’aime pas trop les cyclistes et qui ne semble pas s’embêter avec la propreté
  • L’étang de Thau, même si nous n’avons pas eu le temps d’en faire le tour, est un peu trop, à notre goût, touristique
  • Avoir traversé Béziers plutôt que de l’avoir contournée!

On a préféré

  • La dégustation de fruits de mer sur l’étang de Thau
  • Cet adorable et abordable camping Les Canoës
  • Le vélo sur la plage, meilleur gainage ever!

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place