Étang de Thau – La Tamarissière

Étang de Thau – La Tamarissière

26 septembre 2020

Cela faisait un moment que je souhaitais visiter l’étang de Thau, le plus grand plan d’eau du Languedoc, dont 8 communes, Sète, Frontignan, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Loupian, Mèze et Marseillan se partagent la paternité. Bienvenue dans l’Hérault côté mer.

L’itinéraire à la Zérard

Avant d’arriver sur les rives de l’étang, nous avons fait une première halte le vendredi soir sur un sport proposé par Park4Night aux alentours de Poussan, après avoir roulé de nuit et sous une pluie battante. Rouler dans ces conditions vers l’inconnu, avec la fatigue, la faim et un GPS qui est lui aussi parti en week-end, mais pas avec nous, on vous laisse imaginer l’ambiance.

Mais le lendemain, dès le matin, on a compris qu’on allait passer une super journée. Le vent ne soufflait plus et le soleil nous indiquait le chemin de l’étang de Thau.

L’étang de Thau

C’est sur son chemin que nous avons trouvé ce que nous avions prévu de faire notre spot du week-end: l’aire France Passion de Karine et Yvan Caussel, La noisette d’Oc.

Leur exploitation conchylicole et ostréicole, et leur restaurant nous ont fait le l’oeil. Nous avons pu déguster les fruits de leur production quasiment de la barque à l’assiette.

Mais il était déjà tard et nous n’avions pas réalisé que l’étang de Thau, c’est 19 kilomètres de long sur 5 de large, soit trop vaste pour être visité avant la nuit.

D’autant que Zede avait une autre idée d’itinéraire derrière la tête.

Nous avons remercié nos hôtes, avons laissé notre emplacement à d’autre escargots et avons mis le cap sur Agde, et La Tamarissière.

La Tama

Zede et La Tamarissière, sa « Tama » comme les puristes l’appellent affectueusement, c’est une madeleine de Proust. Il y a séjourné pendant de nombreux étés au camping éponyme, hélas fermé en cette fin de mois de septembre.

Nous avons donc jeté notre dévolu et les roues de Zérard tout à côté, au camping Les Canoës.

Notre séjour a été plus que sportif, nous sommes allés nous ravitailler au centre d’Agde, puis avons fait une visite rapide jusqu’à la plage avant la tombée de la nuit.

Le lendemain matin, malgré le temps maussade, nous avons à nouveau pris nos biclous, bravé le vent et le froid pour revenir sur la plage.

On ne le dira jamais assez, l’air marin, c’est vivifiants, mais le vent et le sable, c’est plutôt chiant.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Mer, étang, vélo, camping

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Hérault

Budget: 30 €

Km parcourus: 250

 

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • La ville d’Agde, qui n’aime pas trop les cyclistes et qui ne semble pas s’embêter avec la propreté
  • L’étang de Thau, même si nous n’avons pas eu le temps d’en faire le tour, est un peu trop, à notre goût, touristique
  • Avoir traversé Béziers plutôt que de l’avoir contournée!

On a préféré

  • La dégustation de fruits de mer sur l’étang de Thau
  • Cet adorable et abordable camping Les Canoës
  • Le vélo sur la plage, meilleur gainage ever!

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Cerbère

Cerbère

20 septembre 2020
La côte Vermeille n’est pas en reste lorsqu’on évoque les stations balnéaires. Cerbère n’est pas forcément celle à laquelle on pense en priorité en traçant un itinéraire de vacances estivales. Pourtant…

Pour la petite histoire

Nous sommes partis le vendredi soir, tard après le boulot, avec comme cap Céret, pour être sur place le lendemain matin et faire notre petit marché préféré.

Après une soirée et une nuit quasiment sous le pont du diable, et notre panier bien rempli (les délicieux fromages de chèvre de Nadège et les fruits et légumes frais d’Aurélie et Christian), nous avions le choix entre mer et montagne, « mar i mont » comme on dit en pays catalan. C’est la mer qui l’a emporté, et Cerbère, comme ça, parce qu’on en avait envie.

Improvisation totale, comme bien souvent!

Le bivouac

Peu le savent, mais Cerbère possède un camping municipal. Alors certes, il est dans son jus, certes, il n’est pas forcément facile à dénicher, certes, son entrée laisse à penser qu’il est désaffecté mais il n’en est rien.

Pour qui sait dépasser ses préjugés, et dégainer son téléphone en cas d’absence à l’accueil, le camping municipal de Cerbère est une expérience en soi:

– les emplacements son libres

– son agencement est implanté dans la nature, emplacements en terrasses, pinède, plaques de schiste au sol

– les infrastructures fonctionnement mais ne sont pas ce qu’on appelle du dernier cri. Qu’importe, de quoi se doucher, se raccorder à l’électricité, remplir et vidanger est bien suffisant!

– les tarifs sont municipaux, à consulter directement ou en téléphonant au 04 68 88 41 17.

Nous avons choisi un emplacement avec raccordement à l’électricité, soit au plus près de la mer.

La magie des lieux: le sentier littoral et les criques plus ou moins sauvages

Cerbère est une station à double facette: une touristique, balnéraire, et une plus sauvage et simple.

Nous avons choisi, en nous posant avec Zérard au camping, l’aspect plus discret.

Il suffit simplement d’emprunter le sentier littoral à partir du camping (il y a un petit passage secret qu’on vous laissera deviner) et de le suivre. Attention, par temp humide, pluvieux ou venteux, de bonnes chaussures sont plus que recommandées, les tongs et autres nouilles de plage sont proscrites, nous sommes à flan de falaise.

Alors à vous les criques sauvages, très peu fréquentées à la rareté d’être encore propres et de livrer une faune et une flore riches et colorées. Amoureux de plongée sous-marines, soyez respectueux du règlement en vigueur sur site.

J’ai parcouru ce sentier en plein orage, suis arrivée sur une crique à l’éclaircie et n’ai pas pu résister à la baignade, tant et si bien que j’ai appelé Zede pour que nous profitions à deux d’un bain de minuit à 19h passées.

Ce sont les coups de tonnerre et le crachin qui nous ont sortis de l’eau et c’est trempés comme des soupes mais heureux que nous sommes rentrés au camping.

Cerbère, quelque soit le temps, tu l’aimes ou tu la quittes! Nous avons choisi de l’aimer jusqu’au dimanche soir.

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zède

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

Mer, criques, plages, balade, calme, nature sauvage

Durée: 3 jours et 2 nuits

France: Pyrénées Orientales

Budget: 100 euros

Km parcourus: 100

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Le camping n’est pas de toute première jeunesse
  • Hors saison, mieux vaut être autonome, Cerbère est à 3,3 kilomètres
  • Les emplacements libres ne sont pas toujours adaptés (pentus, pierreux)

On a préféré

  • Le camping est familial, calme et au plus près de la mer
  • Le sentier littoral est très bien entretenu
  • L’accès aux criques, difficile, permet aux lieux de rester sauvages, propres et riches en faune et flore magiques

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Prats de Mollo la Preste

Prats de Mollo la Preste

14 septembre 2020
C’est en voulant profiter du réseau d’étapes France Passion et à la recherche d’un producteur de fromages de chèvre que nous avons lancé Zérard sur les routes du Haut-Vallespir, et précisément la médiévale Prats de Mollo-La Preste.

Le fromager

C’est à la ferme Plana Nera à la Preste que nous avons acheté nos petits fromages de chèvre, chez Boris Paraire.

Il faut grimper un peu, mais l’effort vaut bien le détour, poules, chien, chèvres et exploitant nous ont bien accueillis. Un seul regret: le seul emplacement de camping réservé aux adhérents France Passion était déjà pris.

Nous avons donc fait le choix de redescendre sur Prats pour en faire notre spot pour la nuit.

Prats de Mollo

Nous n’avons pas eu le temps de visiter cette petite ville, partagée par le torrent de la Guillema, qui délimite ville haute et basse, entre fortifications et maisons bourgeoises.

Mais la petite balade que nous avons faites dans la cité fortifiées, entre ruelles escarpées et places pavées, et le petit apéritif pris à la terrasse d’un bar au calme nous ont fait de l’œil et dit à bientôt lorsque nous les avons quittés.

Camping-Caristes bienvenus

C’est une décision intelligente de l’équipe municipale d’avoir aménagé sur un des parkings de la commune un accès gratuit aux van, fourgons et autres camping-cars.

Des places spacieuses, ombragées, avec à proximité des tables de pique-nique et des toilettes.

Nous avons garé Zérard face au torrent. Bercés par sa colère depuis longtemps apaisée, réveillés par nos joyeux compagnons de voyage et leur accent si chantant venus de l’Espagne toute proche pour profiter des randonnées et circuits VTT qu’offrent les alentours.

Les Photos

Montagne, ballades, tourisme,

Durée: 2 jours et 2 nuits

France: Pyrénées Orientales

Budget: 100 €

Km parcourus: 200

 

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Les producteurs adhérents au réseaux Fance Passion font avant tout leur métier, et nous sommes tombés à la mauvaise heure (celle de la traite) à laquelle nous n’avons pas pu assister ni laissé le temps au fromager de nous raconter son histoire et son travail
  • Amoureux des pistes cyclables au niveau de la mer, passez votre chemin ou préparez-vous aux dénivelés!
  • Le parking, bien que gratuit et accueillant, porte bien son nom. De nombreux véhicules, et leurs accompagnants vont et viennent, démarrent, discutent, se retrouvent

On a préféré

  • Cadre magnifique
  • Commune accueillante et entretenue
  • Nombreuses activités pour tous

 

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place

Saint-Cyprien Plage

Saint-Cyprien Plage

7 septembre 2020
Impossible pour nous de passer à côté de Saint-Cyprien Plage sans nous y arrêter faire du camping. C’est en effet cette station balnéaire, également 2e port de plaisance de France et 3e d’Europe qu’est née notre histoire, voici plus de 30 ans.

Camper? C’est dépassé!

Et qui dit histoire, dit celle avec un grand H, et donc camping emblématique et historique de la station, le Cala Gogo *****.
Le camping, c’est Zede qui nous y a initiés au début de notre romance, moi qui n’avais jamais passé de nuit hors de mon lit quand lui passsait quasiement tous ses étés sous la tente ou en caravane avec ses frères et parents.
De la canadienne entre potes sans matériel ni organisation, à la tente familiale avec son auvent et sa kitchenette pliante en amoureux et en naturistes, nous nous sommes un temps, entre enfants et vie professionnelle actifs éloignés de ce mode de loisirs.
Mais jamais nous n’avons perdu cette envie de liberté et d’absence de contraintes matérielles.
C’est pourquoi nous avons mis le cap sur le Cala Gogo après notre mini-séjour à Alénya.

Le camping

Classé 5 étoiles, mais laissé un peu dans son jus, le Cala Gogo a tout d’un grand, puisqu’il l’est. Nous avons choisi l’espace le plus proche de la mer, avec les branchements à l’eau potable et l’électricité pour plus d’autonomie.

Les emplacements sont très spacieux, ombragés et nous ont permis d’installer Zérard, notre Smart, ainsi que toute la panoplie du campeur, du vrai: store, tables, chaises, transats, étendoir…
Les loisirs ne manquent pas au Cala Gogo. Même si nous sommes arrivés la dernière semaine d’août, et que les soirées-campings n’étaient plus programmées, nous avons pu assister à un concert donné au bar-restaurant, mais également pu nous prélasser à l’espace balnéo, entre bassin de nage, balnéo et espaces verts pour la bronzette!
Côté services, rien à dire, nous n’avons pas eu besoin de sortir du camping (excepté pour aller nous balader à vélo sur le port): épicerie, boutiques, restaurant, bar, laverie, sanitaires, incontournable terrain de pétanque, court de tennis, tout pour profiter de ses vacances. Si vous optez pour un séjour connecté, le wi-fi payant au forfait est disponible, stable et la connexion plutôt bonne.

Animaux bienvenus

Propriétaires d’animaux de compagnie campeurs, vos chiens et chats sont les bienvenus tenus en laisse et restés propres.
Mais le camping étant très arboré, nous avons pu profiter de la présence de nous nouveaux amis à plumes.
Pies, moineaux et tourterelles ont vite trouvé que nos restes étaient à leur goût! Bien plus intéressant qu’une série télévisée, la toilette, les repas ou les chamailleries pour une miette de pain , le spectacle permanent des oiseaux pourrait constituer à lui seul une activité du planning du camping!

Saint-Cyprien Plage

Nous ne saurions que vivement vous recommander cette station balnéaire conviviale, familiale, à taille humaine, qui, selon nous, détonne sur la côte avec celles d’Argelès et Canet-en-Roussillon, beaucoup plus « usine à touriste » et bétonnées, sans âme ni charme particuliers.
Le port semi-piéton, ses plages, son quartier Rodin historique, ses espaces verts, ses loisirs et activités n’ont rien à envier aux grands stations de la Méditerranée.

Mer, balades, tourisme, camping, promenade en vtt

Durée: 15 jours et 14 nuits

France: Pyrénées-Orientales

Budget: 500 €

Km parcourus: 100

 

Zette

Moitié de Zède et de nos 3 enfants, journaliste sur Le HuffPost, copilote à bord de Zérard et responsable des placards.

Vidéo

Zede

Moitié de Zette et de nos 3 enfants (les mêmes), Menuisier sur catamaran, pilote à bord de Zérard et responsable des blagues.

En plus ou moins bien

Nos avis sur le séjour

On a moins aimé

  • Infrastructures un peu obsolètes à revoir
  • Accès à Internet parfois aléatoire
  • Quartier des Cappellans qui mériterait d’être désenclavé

On a préféré

  • Accès ditect à la mer
  • Accueil irréprochable
  • Station balnéaire agréable et très bien entretenue

L'hébergement

Nos notes sur le Camping Le Cala-Gogo

Logo Cala Gogo

%

Propreté des lieux

%

Commerces à proximité

%

Paysages agréable

%

Activités sur place